Forum iqkra
Administrateurs : iqkra, islam_honneur
 
 Forum iqkra  Soutien  La vie quotidienne (Délibérons) 

 la sagesse (al-Hikma)

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Membre désinscrit
   Posté le 12-12-2006 à 15:18:45   






C'est à dire qu'il y ait chez la femme, dans sa prèche et dans la transmission du savoir à autrui, de la sagesse, en sorte de mettre chaque chose à sa place, comme disent les savants.
Cette sagesse fait partie des bienfaits d'Allah (swt) sur Son serviteur. Allah (swt) dit :
"Il donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c'est un bien immense qui lui a été donné"
[#800000](le Coran, 2 : 219
)[/#]

La sagesse dans le preche consiste à situer l'interlocuteur au rang qui lui convient. S'il est ignorant, on agira avec lui comme il convient à sa situation. Par contre, s'il est sait mais présente des manquements, de la négligence et de l'insouciance, on le traitera comme le dicte sa situation. Il en est de meme s'il sait mais s'enfle d'orgueil et rejette la vérité.
On peur dès lors classer les gens en trois catégories : l'ignorant, le connaisseur paresseux et le connaisseur opiniatre. Il est impossible que nous les mettions tous sur un pied d'égalité mais on délimitera à chacun son rang.
Lorsque le Prophète (ç) a envoyé Mu'adh (ra) au Yémen, il lui dit (saws)
"T u vas chez des gens du Livre" (les juifs et les chrétiens)

Le Prophète (ç) lui a fait part de cela afin que Mu'adh (ra) sache à qui il aura affaire pour qu'il s'y apprète n conséquence et d'adresse à eux conformément à cela.



Certains exemples de l'utilisation de la sagesse dans le prèche

Le premier exemple

Le bédoin qui a uriné dans la mosquée

Al-Bukhari, Muslim et d'autres rapportent d'après Anas b.Malik (ra) qu'un bédoin est rentré à la mosquée et a uriné. Les compagnons ont été pris de colère et l'ont blamé en criant sur lui, mais le Prophète (ç), à aui la sagesse a été donnée dans le prèche, a dit :
"Ne l'interrompez pas ! ".

Lorqu'il eut fait son besoin, le Prophète (ç) ordonna que l'on déverse un sceau d'eau sur l'urine. Puis, il appela le bédoin et lui dit :
"Les mosquées ne sont pas faites pour recevoir des excréments ou des saletés. Elles sont destinées à la prière, la lecture du Coran et le rappel d'Allah (swt).

L'imam Ahmad (qu'Allah lui accorde Sa Miséricorde) rapporte que le bédoin dit alors :
"Seigneur ! Fais moi miséricorde ainsi qu'à Muhammad et ne fais muséricorde à personne à part nous"



On tire de cette histoire les leçons suivantes :



la première :

les compagnons ont été pris de colère et ont crié sur le bédouin. On apprend de cela qu'il n'est pas permis d'autoriser un mal et qu'il est obligatoire de directement blamer son auteur. Seulement, si l'empressement mène à un mal plus grand, il incombe d'agir plus calmement en sorte de ne pas tomber dans un mal plus grand. C'est pour cela que le Prophète (ç) les a arrétés et leur a interdit de blamer le bédouin et de crier sur lui.




La seconde :

Le Prophète (ç) a toléré un mal pour éviter qu'en soit commis un pire. Le mal qu'il a toléré est que le bédouin achève d'uriner et le mal qu'il a éviter, de par cette tolérance, est de deux sortes :
-Que ce dernier ne se lève et montre ses parties (honteuse) pour que ses habits ne se salissent pas par l'urine, et en souillant donc davantage la mosquée et en se montrant aux autres dénudé. Il s'agit là de deux maux.
-Qu'il ne se lève pas, couvre sa nudité mais qu'il souille ses vètements avec l'urine

En tenat compte de ces deus inconvénients, le Prophète (ç) a toléré qu'il achève d'uriner, en sachant que la nuisance de l'urine a d'ores et déjà eu lieu dans la mosquée et qu'il se lève, cette nuisance ne disparaitra pas pour autant.
On peut en conclure que si un mal ne consuit que vers un malencore pire, il est obligatoire de s'abstenir de le changer dans le but d'éviter celui-ci.
Cela prouve aussi son origien dans le Coran quand Alla h(swt) dit :
"N'injuriez pas ceux qu'ils invoquent en dehors d'Allah car cela les ferait injurier Allah"
(le Coran, 6 : 108)


Nous savons tous que dénigrer les divinités des associateurs est parmi les choses les plus aimées par Allah (swt) mais vu que cela entraine le dénigrement du Seigneur (swt), Allah (swt) nous interdit d'injurier leurs divinités.




La troisième :

est que le Prophète (ç) a directement supprimer cette nuisance car le rapport de cela comporte des inconvénients. Il aurait été possible au Prophète (ç) de reporter la purification de l'endroit touché dans la mosquée jusqu'à ce que les gens aient besoin d'y prier et le purifient à ce moment là. Mais il convient à la personne d s'empresser d'éliminerl'impureté car par la suite il risque d'en etre incapable ou d'oublier.
Ceci est un point très important , par exemple, si le vetement a été touché par une impureté et la personne prie dans ce vetement ou meme s'il ne le porte pas pour le moment, il convient qu'il se hate à nettoyer cette impureté car, s'il remet cela à plus tard, il se peut qu'il oublie ou qu'il soit incapable de l'éliminer parce qu'il ne trouve pas d'eau ou pour toute autre raison.
AUssi, quand l'on apporta au Prophète(ç) un enfant et qu'il le mit sur ses genoux, l'engant urina. Le Prophète(ç) ordonna qu'on lui apporte de l'eau pour se purifier de l'urine directement. Il n'a âs reporté jusqu'au moment de la prière.





La quatrième :

le Prophète (ç) a informé le bédouin sur le rang des mosquées et qu'elles n'ont étébaties que pour la prière, la lecture du Coran et le rappel d'Allah (swt) ou comme a dit le Prophète(ç) :
"Il ne convient pas d'y mettre des nuisances et des saletés".

La mosquée est donc à respecter, à nettoyer, à purifier et de n'y faire que ce qui plait à Allah (swt) comme la prière, la lecture du Coran, le rappel d'Allah (swt) et ce qui s'y rapporte.




LA cinquième :

si une personne exhorte quelqu'un avec sagesse et douceur, il atteindra le but recherché avec plus d'efficacité que s'il voulait résoudre les choses par la brutalité. En effet, le bédouin a été convaincu par ce que le Prophète(ç) lui a enseigné, ce qui lui a fait dire cette célèbre parole :
"Seigneur ! Fais-moi miséricorde ainsi qu'a Muhammad et ne fais miséricorde à personne d'autre que nous".

On voit que le Prophète (ç) a utilisé avec cet homme la douceur et la gentillesse vu son ignorance car il est inconcevable que celui qui connait le caractère sacré de la mosquée et l'obligation de l'honorer, se lève devant les gens pour uriner dans un de
ses
coins.
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum iqkra  Soutien  La vie quotidienne (Délibérons)  la sagesse (al-Hikma)Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum